Royaume-Uni : démission surprise du chancelier de l’Echiquier, Sajid Javid

By | February 14, 2020

Le ministre des finances britannique devait présenter le premier budget post-Brexit le 11 mars. Les principaux postes du gouvernement sont désormais occupés par des brexiters.

Boris Johnson devait se contenter, jeudi 13 février, d’un remaniement limité à un petit jeu de chaises musicales, avec quelques nouvelles têtes et le départ de deux ou trois personnalités jugées encombrantes. Mais cette opération, longuement anticipée, a viré au gros raté politique, quand, en milieu de journée, Sajid Javid, le chancelier de l’Echiquier – ministre des finances –, a annoncé sa démission.

Le départ de cet homme de 50 ans, qui s’était jusqu’à présent montré loyal envers le premier ministre, n’était manifestement pas dans les plans de Downing Street et pourrait créer de forts remous alors que le gouvernement s’apprête à entrer en négociations avec Bruxelles, sur sa relation future avec l’Union européenne (UE). M. Javid devait présenter le premier budget post-Brexit du Royaume-Uni le 11 mars.

C’est le secrétaire au Trésor, Rishi Sunak, 39 ans, valeur montante du Parti conservateur, qui le remplacera.Ancien gérant de fonds, ce fils de médecin d’origine indienne a plusieurs fois représenté le parti sur les plateaux, mais son expérience ministérielle reste limitée.

Tensions

M. Javid en a-t-il eu assez d’avaler des couleuvres, de passer pour beaucoup pour une personne trop docile ? Il a démissionné, a-t-il confirmé plus tard dans la journée, parce que le premier ministre lui enjoignait de se débarrasser de tous les conseillers de son cabinet pour accueillir des troupes venues directement de Downing Street. « La condition [pour rester] était que je remplace tous mes conseillers politiques. Je n’ai pas eu d’autre option que de démissionner », a déclaré M. Javid à la British Broadcasting Corporation (BBC).Article réservé à nos abonnés 

Les tensions entre le chancelier de l’Echiquier et l’équipe de M. Johnson étaient manifestes dès l’été 2019, quand Dominic Cummings, le très autoritaire conseiller spécial du premier ministre, avait viré une conseillère de M. Javid sans l’avertir au préalable, au motif qu’elle aurait gardé des contacts avec l’équipe du précédent chancelier.

L’entretien accordé par M. Javid au Financial Times, début janvier, dans lequel il affirmait que le Royaume-Uni ne recherchait pas d’alignement réglementaire avec l’UE et que les entreprises britanniques n’avaient qu’à s’adapter avait surpris : un ministre des finances ne prenant pas la défense du milieu des affaires ? Le quotidien économique avait, dans la foulée, publié un portrait assez cruel de M. Javid, jugeant qu’il était un chancelier de l’Echiquier « compétent mais docile »« S’il y a une leçon que Boris Johnson a retenue de l’histoire, c’est d’éviter les chanceliers trop puissants », précisait l’article.

Les proches de Boris Johnson avaient surnommé Sajid Javid « Chino », pour « chancellor in name only » (« chancelier uniquement de nom »), précisait encore le Financial Times, début février. Mais ils avaient fini par l’appeler « Mr No » (« Monsieur non ») tout court, les différends se multipliant autour du futur budget, tandis que M. Javid tentait de préserver une forte discipline budgétaire.

« C’est historique »

On n’a pas connu une telle démission surprise d’un ministre des finances depuis Nigel Lawson, qui avait quitté le cabinet de Margaret Thatcher en 1989, rappelait le Guardian jeudi. Downing Street « voulait prendre le contrôle de toute l’opération [de la chancellerie]. Sajid ne savait pas que cela allait venir et il a dit non », ont confié des proches de l’ex-chancelier de l’Echiquier au Times.

L’opposition s’en est donné à cœur joie : « C’est historique, un gouvernement en crise deux mois à peine après sa prise de fonctions. Dominic Cummings a clairement gagné la bataille pour prendre le contrôle absolu du Trésor en installant un pantin dans le fauteuil de chancelier », a déclaré John McDonnell, proche du leader du Labour Jeremy Corbyn et chancelier de l’Echiquier de son cabinet fantôme.Article réservé à nos abonnés

M. Sunak aurait accepté le principe d’équipes conjointes entre Downing Street et « Number 11 » (la chancellerie), assurait le Telegraph, jeudi. Ce qui serait une première : jusqu’à présent, le ministère des finances a toujours joui d’une grande autonomie.

Un autre départ a créé la polémique : celui de Julian Smith, secrétaire d’Etat pour l’Irlande du Nord, très apprécié pour son travail. Il est parvenu début janvier, avec les autorités irlandaises, à reformer l’Assemblée nord-irlandaise, le Stormont, paralysée depuis trois ans.Il aurait été remercié pour avoir accepté que les vétérans de l’armée britannique puissent être poursuivis pour abus durant la guerre civile en Irlande du Nord. En revanche, les très loyaux Dominic Raab aux affaires étrangères et Priti Patel au ministère de l’intérieur ont sauvé leur tête. Tout comme Ben Wallace, le très compétent secrétaire à la défense.

Après ce remaniement, les principaux postes du gouvernement sont désormais occupés par des brexiters : le ministère de l’intérieur, celui des affaires étrangères et la chancellerie. Et rarement premier ministre britannique n’a disposé d’autant de pouvoirs, avec un cabinet docile et une très confortable majorité à la Chambre des communes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *