Comment Haïti a sauvé les Juifs. Histoire passionnante.

By | November 21, 2019

Au tout début de l’an 1830, les juifs du monde entier dont ceux de Pologne, du Liban, de la Syrie et d’Egypte trouvent réfuge en Haïti. Ils entendent parler de la terre de la Liberté, ils lisent des articles publiés par les grands journaux de l’époque selon lesquels il suffit de fouler le sol haïtien pour être à jamais libre tandis qu’ils sont persécutés en Europe. 


À l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, des intellectuels haïtiens dont Dantès Louis Bellegarde et Jacques Roumain condamnent le nazisme. Cette condamnation du régime hitlérien par Haïti redonne confiance aux juifs mais les persécutions demeurent. 


En 1937, le gouvernement haïtien accepte les premiers réfugiés politiques au regard de la loi du 3 mars 1937 sur le Séjour des étrangers en Haïti, avant même de publier un décret-loi de naturalisation. 937 passagers, majoritairement juifs, fuyant le Troisième Reich à bord d’un paquebot qui a quitté Hambourg le 13 mai 1939 et refoulé de Cuba, sont arrivés en Haïti. 
Le 29 mai 1939, le président Sténio Vincent publie le décret-loi qui octroie la “nationalité par contumace et la citoyenneté haïtienne in absentia” aux réfugiés juifs d’Haïti. Le décret-loi du 29 mai 1939 ajoute à l’article 1 du décret-loi du 29 novembre 1937 sur la naturalisation que les agents diplomatiques et consulaires haïtiens, après autorisation du Secrétaire d’État des Relations Extérieures qui aura lui-même obtenu la décision favorable du Conseil des Secrétaires d’État, peuvent recevoir en dehors d’Haïti le serment de tout étranger désireux de se naturaliser Haïtien, après justification de leur intérêt pour le développement du pays. 


Cette disposition permet aux Juifs du monde entier d’obtenir “in absentia” la nationalité haïtienne à travers les consulats d’Haïti de Bruxelles, de Genève, d’Hambourg, de Londres, de New York, de Paris, d’Havre, de la Havane, de Kingston et de Ciudad Trujillo, actuelle Capitale de la République Dominicaine.


Le 12 décembre 1941, quelques jours après l’attaque de Pearl Harbor, le président Élie Lescot déclare la guerre aux forces de l’Axe et accorde un passeport à tout Juif le sollicitant.


Voilà une histoire qui n’est pas enseignée aux jeunes haïtiens ni dans les écoles ni dans les familles. Dans aucun manuel d’histoire d’Haïti, nous n’avons trouvé un chapitre sur l’arrivée des juifs dans le pays. Dans aucune famille de la classe moyenne, dans aucune famille des masses défavorisées, nous n’avons entendu les parents aborder un tel sujet avec leurs enfants. Voilà une histoire qui est interdite à ceux-là mêmes qui sont cencés en être les héros ! Voilà un peuple qui n’a pas le droit de parler du bien qu’il a fait aux autres ! Dans quel monde on vit ?


Pour en savoir plus, PROFILE AYITI vous recommande “Bernard, Joseph Junior, “Histoire juive d’Haïti”, éditions Henri Deschamps, 2012; “Le Moniteur, année 1939, p. 355 – 356”; “Le Moniteur, année 1939, édition du 3 août, p. 505-506”.
#Team_PROFILE_AYITI#AYITI_SANS_MENSONGE.
Notes de Charles Philippe BERNOVILLEPrésident et directeur des recherches.

Loading...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *