Affaire Luders: humilié, le président Sam démissionne.

By | November 21, 2019

En septembre 1897, la police haïtienne recherche Dorléus Présumé, accusé de vol. Il est retrouvé entrain de nettoyer une voiture dans les Écuries Centrales de Port-au-Prince appartenant à Luders, un citoyen d’origine allemande.

Le 14 octobre de la même année, Dorléus et Luders sont condamnés à un an de prison pour rébellion avec voies de fait contre des Agents de Police. Le 17 octobre, Schwerin, le chargé d’affaires allemand à Port-au-Prince, demande la libération immédiate de Luders, la destitution des juges et la révocation des agents de police impliqués dans l’affaire. Le 22 octobre, le gouvernement haïtien libère Luders.

Le 6 décembre, la marine impériale allemande arrive dans la rade de Port-au-Prince. Le commandant Thiele annonce au gouvernement haïtien l’ultimatum qui suit: une indemnité de 20 000 dollars pour Luders; la promesse que Luders peut revenir en Haïti pour s’occuper de ses affaires; une lettre d’excuses au gouvernement de Berlin; un salut de 21 coups de canon au drapeau allemand.

Le gouvernement haïtien a un délai de 4 heures pour réagir, sinon la marine impériale allemande bombarde Port-au-Prince. Les dirigeants haïtiens cèdent. Le 12 mai 1902, considéré que cette affaire est un coup dur à son prestige, le président Tirésias Simon Sam démissionne.

PROFILE AYITI vous recommande “Solon Ménos, L’affaire Luders, 1898; La Revue diplomatique, Ed. Beauquesne, 21 novembre 1897, p. 4, Le conflit de l’Allemagne avec Haïti; Le journal des débats, 5 novembre 1897, p. 2, Haïti, le différend avec l’Allemagne; Henri Pensa, Raoul de Thomasson, Questions diplomatiques et coloniales, vol. 1, p. 54, 1898”.

#Team_PROFILE_AYITI
#AYITI_SANS_MENSONGE.

Notes de Charles Philippe BERNOVILLE
Président et directeur des recherches.

Loading...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *